Dans les années 1930, on dénonçait le pouvoir exorbitant des 200 familles (de la Banque de France). ça m'a donné l'idée de faire la cartographie des "200 familles" de la pop mondiale. Plus raisonnablement, je me suis rabattu uniquement sur les rois et reines, en analysant la pratique du featuring, aussi connu sous le nom de "feat" ou de "ft.". Un featuring consiste à inviter un autre roi ou reine de la pop sur une chanson, pour co-créer un produit très dense en capital popistique investi. Après des semaines de travail acharné, voilà donc le résultat de cette recherche. Enjoy (clic droit et "Télécharger le fichier lié" pour la version HD).

200 familles - final

Cette carte nous montre pas mal de choses : notamment que le featuring fait partie intégrante d'une stratégie de carrière. Il existe alors trois possibilités : 

1) Être une pop-star qui ne fait que des featurings. C'est le syndrôme Nicki Minaj ou Lil Wayne. Personne ne sait si vous avez déjà fait un album tout seul, ni vraiment ce que vous chantez, mais en revanche, on vous voit partout. Jamais vous ne ferez réellement recette, mais vous êtes un bon condiment dans le plat des autres.

2)  Être une pop-star accomplie, mais avoir envie, grâce à un featuring, de faire incarner par une tierce personne un personnage que vous ne pourriez pas assumer sans ruiner votre carrière. Exemples : vous êtes déjà très très vulgaire, mais votre fan-base a une moyenne d'âge de 14 ans... Invitez Nicki Minaj : elle se chargera de faire du porno-pas-chic. C'est tout bénèf : vous passez pour une rebelle et elle pour une bi*tch. Si votre street-crédibilité est au plus bas, alors faites un featuring avec Lil Wayne, parce qu'il fait peur, ou Rick Ross, parce qu'il est gros. Évidemment, pour un featuring avec un vrai grand rappeur - comme Snoop - ça coûte plus cher. Enfin, quand vous êtes une vieille star aigrie dont la carrière a commencé à flancher dés les années 1990, vous pouvez faire un feat avec une star plus jeune, comme Justin Timberlake : vous n'avez ainsi pas besoin de vous renouveler et vous signifiez que vous pourriez potentiellement le séduire. En réalité, avec votre gaine couleur chaire, vous pourriez être sa mère.

3) Être une pop-star accomplie et demander à une autre pop-star accomplie de venir jammer avec vous. Là c'est vraiment excitant. C'est un peu comme Batman contre Superman ou King Kong contre Godzilla : des moments où deux monstres sacrés de l'entertainment se rencontrent pour un affrontement titanesque pour le bien de la pop. Évidemment, on pense au featuring Beyoncé-Shakira. Ou alors au featuring Beyoncé-Lady Gaga. Un peu moins à la dernière daube pondue par Rihanna et Shakira, clip qui consiste à comprendre comment décoller du papier peint avec ses fesses. Vous remarquerez que Rihanna et Beyoncé n'ont jamais fait de featuring ensemble. Étonnant. Quand on connaît le background de la relation de Shawn Carter avec Robin Fenty, ça se comprend en fait très bien. 

Voilà. Quand votre carrière est en berne, faites un featuring. ça peut être bien nul, mais ça fera parler de vous. Et dans le grand supermarché de la pop, vous pouvez choisir votre produit facilement : 

- On vous trouve trop intello ? Faites un featuring avec 50 Cent. 

- Vous ne savez pas danser ? Invitez plus mauvais que vous (Ke$ha).

- Un son trop pop-rock ? Demandez à Timbaland (ou Skrillex) de vous faire de l'électro bien nulle.

- Votre public vieillit ? Invitez Justin Bieber. 

- Vous êtes trop nord américain ? Partez à la conquête de l'Amérique du Sud avec Shakira (option V.O./version espagnole).

- Vous carrière marche trop bien ? Invitez Britney (leave Britney alooooNNnnnNNe).

Je sais que dans cette carte, j'ai oublié des centaines d'artistes de grande qualité : Dizzee Rascal, Ke$ha, Pitbull, J.-Lo, Rita Ora, Christina Aguilera, 2 Chainz, T-Pain, Flo Rida, T.I., Chris Brown (et bien sûr l'ignoble furoncle dont je n'écrirais plus le nom, Mi.Cy.). Mais soyons sérieux : si j'avais pris en compte Pitbull, par exemple, cela m'aurait entraîné dans tous les featurings sud-américains (Wisin & Yandel, Daddy Yankee, Don Omar...) et je me serais fait virer de mon boulot IRL. 

Un dernier point : les featurings existent aussi en France. Sauf que, quand vous êtes un artiste français, vous promettez un featuring avec une star américaine, et puis vous vous rabattez sur Michel Sardou. N'est pas un roi qui veut.